Wednesday, October 28, 2015

Quand ton équipe retrouve la grinta !


https://lh3.googleusercontent.com/-KpcIKsSXkAo/VjEcBRuNarI/AAAAAAAACVU/Vd5o4Rr-OJo/h120/noursontribune.jpg 
Avant le match qui opposait nos protégés à Sochaux, j'avais été sollicité par l'excellente Bande à Bonal pour donner mon avis sur la rencontre. Et mon pronostic. Si vous la relisez aujourd'hui, j'étais marginal par rapport aux autres avis mais  dans le juste : http://labandeabonal.fr/2015/10/22/le-havre-sochaux-lavant-match/

Bien de quoi alimenter mon boulard !
Et comme si ces prévisions justes et ce bon résultat ne suffisaient pas, j'ai pu assister aux coulisses du match, avant et après.

En bref, j'ai tutoyé les sommets de la béatitude, les manquant de peu pour des problèmes de fond : un fond de rhume et un manque de fond de jeu.

Tout est encore loin d'être parfait.

En témoignent ces 3 corners d'emblée dont le premier nous voit concéder l'ouverture du score (3'), faute de marquage et de passivité de la défense, et le troisième voit Bonnet sauver le break en s'interposant sur la ligne de but (13'). J'étais en position fœtal en attendant que ça se passe, à ce moment là, ce que Steph a parfaitement illustré dans son dessin de la semaine.

20 premières minutes sans jeu durant lesquels les HACmen ont regardé les sochaliens dérouler, jusqu'à ce que Fabien Farnolle annule une contre-attaque conclue par une volée d'Onguéné, déjà buteur.

On vit alors un début de révolte havraise. Une révolte qui ne fut réellement palpable qu'à partir de la seconde mi-temps. 

Entre temps et en l'absence de jolis mouvements havrais, on s'est contenté de l'égalisation du score par mon Paski d'amour, bien aidé par Weber qui lut mal le coup-franc qui finit par mourir petit filet opposé. Il fut peut-être gêné par Joseph Mendès, sur la trajectoire, mais ne parvint pas à dévier le ballon.

Que les choses soient claires, le chambrage étant mon fond de commerce, je devrais normalement charrier Jo pour avoir célébré ce but, mais :
- 1: Jo ne me fait plus de boudin depuis peu, et je ne voudrais pas ruiner un beau roman d'amitié naissant.
- 2: Je faisais la même quand j'étais gosse, en poussin, au SRAC. On sait jamais, ça peut passer.
- 3: Paski, c'est pas très Charlie de vouloir attribuer le but aux petits copains pour être meilleur passeur du championnat ! >:)

Quand t'as enfin réussi à intégrer ton club de cœur !
De retour des vestiaires, les hommes de Revault passèrent clairement la seconde, avec quelques fulgurances dans le jeu et pas mal d'occasions. 6 pour être exact.
La plus belle étant bien évidemment ce but de la victoire, parti d'une récupération de Denys Bain, d'une relance magnifique dans la profondeur de Paski et enfin, d'un geste d'une grande intelligence de Dieuhamel, qui aurait pu la tenter mais a préféré jouer la sécurité en cherchant (et en trouvant!) Alex Bonnet au second poteau.
Quelle plus belle manière de signer son réveil qu'avec cette puissante volée qui donne les 3 points de la victoire ?

S'il me manque et que je le boujoute dans ces lignes, il est amusant de constater que depuis qu'Olivier Duc est parti couvrir la Basse, on cumule 2 victoires de rang et Malgerbe a perdu. Je dis ça...
Une huitième place grappillée, à 6 points des 3 premiers et une série de 3 matchs sans défaite avec un seul but encaissé pour Revault.

Une opération commando qui fleure bon la sueur et le succès et qui approchera la perfection s'il parvient à ajouter au moins 4 points sur les deux prochains déplacements à Tours et Laval et une qualification en Coupe de France au bilan de sa pige, avant, normalement, de rendre les clés de l'équipe professionnelle à la prochaine mini-trêve.

Quand t'as libéré ton club en ouvrant ton compteur but après une grosse période de disette !
Si je suis de ceux qui ont envie d'embrasser son crâne chauve pour son attachement au club et ses services rendus, je ne suis pas de ceux qui ont envie qu'il continue au-delà.
Et je vous jure que j'ai eu littéralement envie de le faire quand il a sorti son "Ma plus grande victoire ce soir, c'est de voir la joie des 26 mecs dans les vestiaires, dont les jeunes." devant mon pif, en salle d'interview.

Parce que ce n'est pas possible en l'absence de diplôme, parce qu'il ne le souhaite pas lui-même et parce qu'on a réellement besoin d'un projet de jeu à court et long-terme, laissons-le poursuivre son intérim' et chérissons-le pour son travail. 

Au delà: Stay calm and wait for Bradley !

La prochaine étape va être d'aller chercher quelque chose au Stade de la Vallée du Cher où Tours est parvenu à défaire Angers mercredi, en Coupe de la Ligue. 
Et ce ne sera pas une mince affaire...




PS: Ne lui dites surtout pas, sinon elle va prendre le melon, mais appréciez l'exceptionnelle qualité des photos de Mégane !

Quand t'es atomisé mais heureux ! (Et que t'en as surtout rien à battre de ton image)

2 comments :

  1. roh la tronche !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ah, j'étais vilain, clairement.
      Tout malade mais heureux ! :D

      Delete